"France et Arménie: nos destins sont liés", la tribune de Valérie Pécresse, Bruno Retailleau et Michel Barnier

·1 min de lecture

Voici leur tribune : "Nous avons souhaité nous rendre en Arménie, à quelques jours de Noël. Nous y avons vu le courage d'un peuple, digne dans l'épreuve, affichant face aux provocations extérieures, celles de puissants voisins qui voudraient le réduire, la puissance intérieure des âmes fortes, la résistance intacte de ceux qui savent à la suite d'Ernest Renan qu'une nation est avant tout un principe spirituel. Nous avons aussi entendu les mots de ce pays-message car l'Arménie, du fond de sa douleur, a quelque chose à nous dire. À nous, Européens. À nous, Français.

Ce qu'elle nous dit, c'est ce que nous ne disons plus : la dignité d'un peuple réside d'abord dans sa souveraineté. Et s'il est un peuple qui connaît le prix d'une nation souveraine, qui l'a payé de son sang à travers le génocide de 1915, c'est bien le peuple arménien. Nous n'ignorons pas la complexité des enjeux géostratégiques dans cette région pivot. Mais aucune précaution diplomatique ne saurait justifier que la souveraineté arménienne soit amputée, sous la pression de l'Azerbaïdjan et de son protecteur turc. La communauté internationale ne doit pas seulement remplir ses devoirs humanitaires, mais défendre également les droits politiques de l'Arménie.

"

Premier royaume chrétien, dont le gisant du dernier roi repose à la basilique de Saint Denis, l'Arménie est notre sœur

"

Mais l'Arménie nous montre aussi ce que nous ne voyons plus : l'histoire des hommes est d'abord celle des civilisations. La leur est la nôtre. ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles