France: après le discours d’Emmanuel Macron, le blocage politique post-législatives se poursuit

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Huit minutes devant les Français et une situation toujours bloquée. La déclaration d'Emmanuel Macron, mercredi 22 juin au soir, n'a pas réglé la crise politique en France.

Sans majorité absolue, Emmanuel Macron est toujours à la recherche de nouveaux alliés pour faire voter ses futures réformes. Hier soir, il a renvoyé la balle dans le camp des oppositions en leur demandant de se positionner sur son projet. Alors que la droite et la gauche voulaient, elles, que le chef de l'État reprenne leurs mesures. Un dialogue de sourds où chacun attend que l'autre prenne l'initiative.

► À lire aussi : Emmanuel Macron: «Aux groupes politiques de dire en toute transparence» jusqu'où ils iront

À l'union de la gauche, Jean-Luc Mélenchon ne veut pas de la « ratatouille » d'Emmanuel Macron. « Non », a tweeté Olivier Faure, le chef du Parti socialiste. Les communistes et Les Républicains laissent la porte ouverte, mais là encore, ils attendent que ce soit le gouvernement qui fasse des propositions, pas l'inverse. Le RN est prêt à voter des mesures gouvernementales, mais pour Marine Le Pen, c'est à Emmanuel Macron de montrer ses cartes en premier.

Ultimatum ou simple rendez-vous ?

Emmanuel Macron a dit, ce mercredi soir, qu'il attendait les réponses de l'opposition pour son retour du Conseil européen de Bruxelles, ce que tout le monde a pris comme un ultimatum de 48 heures. Mais en réalité, il ne s’agirait que d’un rendez-vous, d’un point de départ. La porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, a dû faire l'explication de texte ce jeudi matin sur France Info.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles