France: Anne Hidalgo se rend à l‘université d’été du PS, les yeux rivés sur la présidentielle

·1 min de lecture

L'université d'été du Parti Socialiste débute jeudi 26 août à Blois. Et un sujet sera au centre de toutes les attentions : la probable candidature d'Anne Hidalgo à l'élection présidentielle. La maire de Paris, qui se rend vendredi sur place, est très attendue et va devoir démontrer ses capacités de rassembleuse avant de se lancer officiellement dans la course à l’Élysée.

« C'est un moment important », martèle un membre de l'équipe d'Anne Hidalgo : le rendez-vous de Blois doit en effet permettre à la future candidate de mobiliser les socialistes derrière elle. Or la maire de Paris a toujours gardé ses distances avec l'appareil du parti.

Cette université d'été sera donc l'occasion de faire le lien avec élus et militants, mais aussi d'apaiser les quelques contestataires. Parmi eux, Stéphane Le Foll : le maire du Mans rappelle que les statuts du parti exigent pour l'instant l'organisation d'une primaire et il veut y participer. « Un baroud d'honneur » des fidèles de l'ancien président Hollande, juge un maire socialiste proche d'Anne Hidalgo, qui estime qu'ils ont surtout « besoin d'être dorlotés ».

Comme tout le parti d'ailleurs, car c'est l'autre enjeu des rencontres de Blois : déterminer la place du PS dans la candidature Hidalgo.

Le parti est sorti renforcé des élections régionales, mais la maire de Paris préfère se présenter comme une sociale-écologiste, hors de la logique partisane, dans laquelle les Français ne se reconnaissent plus. « Une candidate de la complexité », sourit un baron socialiste, mais qui ne nous a « jamais reniés », se rassure une membre de la direction du parti.

À lire aussi : Présidentielle 2022: des primaires sont-elles inévitables à gauche et à droite?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles