France: un an après le premier confinement, Macron défend ses choix face au Covid-19

·2 min de lecture

À l’issue du sommet franco-espagnol de Montauban, où le Covid-19 a été au cœur des discussions avec son homologue Pedro Sanchez, le président français Emmanuel Macron a tiré le bilan de l’année écoulée depuis le premier confinement en France. Une année pendant laquelle il a tenté de s’adapter sans cesse à l’évolution de l’épidémie.

Avec notre envoyée spéciale au sommet franco-espagnol de Montauban,

« Le maître du temps, c’est le virus, malheureusement », résume le président français. Face au Covid-19, Emmanuel Macron essaie d’afficher son humilité, mais aussi de justifier l’évolution de ses choix qui lui ont valu de nombreuses critiques : « Quand nous avons pris la décision, il y a un an, de ‘confiner’ comme on dit maintenant, c’est parce que nous étions devant ce phénomène inédit, et que c’était le seul moyen de protéger des vies. »

Emmanuel Macron explique qu’aujourd’hui, il ne prend plus seulement en compte l’aspect sanitaire, mais aussi toutes les dimensions économique, sociale, psychologique. Et ce, « de manière adaptée, proportionnée et en regardant la réalité de l’épidémie ville par ville, territoire par territoire », a-t-il expliqué à Montauban.

Le chef de l’État ne tranche pas la question d’un reconfinement de l’Ile-de-France, où les voyants sont pourtant au rouge. Mais annonce que « nous aurons à prendre, dans les jours qui viennent sans doute, de nouvelles décisions ».

En attendant, Emmanuel Macron a pris une décision à rebours des déclarations gouvernementales de ces derniers jours : « Suspendre par précaution la vaccination avec AstraZeneca en espérant la reprendre vite ». Après le Danemark, l’Italie, et surtout l’Allemagne, le président français n’avait plus d’autre choix… que de s’adapter.

À lire aussi : Covid-19: une centaine d'évacuations sanitaires depuis l'Ile-de-France la semaine prochaine