France - Allemagne : la sourde oreille de Berlin sur " Nord Stream 2 "

·1 min de lecture

L’Allemagne va-t-elle stopper la construction du pipeline germano-russe qui divise l’Europe et fâche les États-Unis ? Ou pratiquer la politique du fait accompli en laissant le chantier s’achever ? Ce lundi 1er février, le secrétaire d’État aux Affaires européennes Clément Beaune a rappelé très clairement l’opposition française. En réponse l'Allemagne maintient ses positions.

Alors que le navire russe " Fortuna " mouille à nouveau au large de l’île danoise de Bornholm, où il achève de poser les 150 kilomètres d’un gazoduc qui relie directement la Russie à l’Allemagne sur 1224 km, la France vient de rappeler ce matin son souhait d’enterrer le projet au plus vite. Sur France Inter, le secrétaire d’État aux Affaires européennes Clément Beaune s’est prononcé sans équivoque pour l’arrêt du chantier. Ceci dans le cadre de sanctions contre la Russie de Poutine qui réprime allègrement les manifestations des sympathisants d’un Alexeï Navalny emprisonné. " C'est une décision aujourd'hui allemande puisque c'est un gazoduc qui est en Allemagne. Et nous avons toujours dit que nous avions les plus grands doutes sur ce projet ", a rappelé Clément Beaune. Les autorités françaises sont-elles donc, dans le contexte actuel, favorables à un abandon de Nord Stream 2 ? " On l’a déjà dit, en effet " a-t-il répondu. Abandonner Nord Stream 2, la France l’avait donc déjà évoqué. Mais jusqu’à présent pas de manière aussi ouverte. La relance de Clément Beaune, qui ne reprend pas l’argument de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"La France doit préparer sa présidence européenne pour planifier un vrai Grenelle de la Méditerranée"

Nuits tropicales dans le Nord, sécheresses dans le Sud : les prévisions climatiques alarmantes de Météo-France

Projet d'assassinat d'une coach : révélations sur les barbouzes de la DGSE et de la franc-maçonnerie

L’Algérie veut-elle vraiment se réconcilier avec la France ?

"La France n’a pas été mieux préparée à la mondialisation qu’à la Seconde Guerre mondiale"