La France alerte sur la toxicité des couches pour les bébés

PHOTO RICCARDO MILANI/HANS LUCAS VIA AFP

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a demandé aux institutions européennes de se mobiliser contre la présence de substances toxiques dans ces produits pour bébé, qui pourraient avoir des conséquences sur le long terme.

“La France dénonce le caractère toxique de 90 % des couches vendues en Europe”, rapporte le site espagnol El Confidencial.

En analysant les marques de couches jetables les plus vendues en Europe, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a recensé 38 produits chimiques présentant des “risques très graves” pouvant affecter les bébés. D’après elle, plus de 14 millions de bébés européens seraient exposés à des maladies “potentiellement très graves” à cause de ces couches : cancer, troubles endocriniens, troubles hormonaux.

Intérêts économiques

En 2020, l’Anses avait donc demandé aux institutions européennes d’imposer une restriction sur l’utilisation de ces produits chimiques. Fin 2021, l’Agence européenne des produits chimiques s’y était opposée, car tout en admettant les risques potentiels, elle estimait qu’ils n’étaient pas assez démontrés. Plusieurs associations se tournent désormais vers la Commission européenne pour qu’elle revienne sur cette décision.

En Europe, le marché des couches pour bébé, dominé par Pampers (36 %) et Huggies (26 %), génère chaque année 7 milliards d’euros, indique El Confidencial, et un millier de couches sont produites chaque minute. Les entreprises estiment que la limitation des produits chimiques aurait des conséquences néfastes sur le marché, ce que réfutent les associations.

La députée européenne Anja Hazekamp, vice-présidente de la Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire, a estimé la situation très inquiétante. “Plus préoccupant encore le fait que ‘malgré les preuves, l’Agence européenne des produits chimiques a choisi de défendre les intérêts économiques de ce secteur au lieu de soutenir un ensemble de restrictions qui permettraient de protéger la santé de ces jeunes enfants.’

El Confidencial rappelle que l’Union Européenne s’étant engagée en 2020 à protéger les plus vulnérables contre les risques chimiques, la menace doit être prise au sérieux. Ce d’autant plus que, selon l’Anses, les enfants naissent “précontaminés” par la pollution chimique présente dans l’environnement. En avril dernier, l’Union européenne a fait un pas en annonçant un plan visant à interdire des milliers de substances chimiques dans les produits de consommation. La proposition française en sera le premier test, conclut le site.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

VIDÉO - Une grande soeur change la couche d'un nouveau-né

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles