Sur France 24, un expert endort son enfant en pleine interview

François Gemenne en direct sur France 24, avec son enfant endormi dans les bras. (Photo: Capture d'écran Twitter)
François Gemenne en direct sur France 24, avec son enfant endormi dans les bras. (Photo: Capture d'écran Twitter)

François Gemenne en direct sur France 24, avec son enfant endormi dans les bras. (Photo: Capture d'écran Twitter)

FRANCE 24 - Les experts du GIEC doivent, eux aussi, faire face aux aléas du télétravail. Membre du Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’évolution du climat, François Gemenne était l’invité du jour sur France 24 ce mardi 19 juillet.

Interviewé en duplex par la journaliste Achren Verdian, l’expert n’était pas seul à l’écran. Alors qu’il s’exprimait sur le dérèglement climatique, il tenait son enfant malade dans les bras.

“Respect à notre invité François Gemenne d’avoir parlé dérèglement climatique durant de longues minutes sur France 24 tout en réussissant à endormir son bébé”, a écrit la journaliste sur son compte Twitter après son passage à l’antenne. Ce à quoi Gemenne a répondu, non sans ironie: “Malheureusement, ce discours a le même effet sur certains dirigeants que sur mon bébé”.

Des phénomènes extrêmes plus “intenses et fréquents”

Si ses mots ont fait office de berceuse pour le dernier de ses trois enfants, le discours inquiétant de François Gimenne a pourtant de quoi produire l’effet inverse.

Depuis l’apparition d’incendies dévastateurs en France, notamment en Gironde, l’expert du GIEC enchaîne les plateaux télé pour alerter du danger climatique qu’ils laissent présager. Un discours qu’il répète depuis des années déjà. Avec les méga-feux de La Teste-de-Buch et de Landiras, de nombreux Français en observent les conséquences directes.

“Le changement climatique va avoir pour effet de rendre les phénomènes extrêmes, comme ces vagues de chaleur, plus intenses et plus fréquents, tout comme les feux de forêt”, expliquait-il sur BFMTV le lundi 18 juillet. “Il faut se rendre compte qu’à l’avenir, cela va devenir la norme”, a-t-il ajouté.

“Il y a des solutions pour nous adapter. Mais cela demande des investissements. (...) Tout le monde ne va pas sortir gagnant. Les industries fossiles vont être les perdants de l’histoire.” Mais en attendant, “on sait qu’il y a encore énormément d’intérêts financiers et politiques liés ces industries”, a-t-il également expliqué sur le plateau des Grandes Gueules sur RMC le 18 juillet.

L’expert du GIEC est également très présent sur les réseaux sociaux, pour alerter des récents événements climatiques qui n’ont rien de normal, et qui s’aggraveront avec le temps. “Dans quelques années, nous nous souviendrons avec émotion de l’époque actuelle, où le thermomètre n’atteignait les 40° que quelques jours par an...”, écrivait-il dimanche 17 juillet dernier.

16.000 personnes avaient été évacuées en Gironde ce lundi 18 juillet, sous une chaleur caniculaire (41,2 °C relevé à Arcachon). Les deux incendies, qui progressent encore, ont ravagé plus de 19 000 hectares de forêt depuis mardi dernier.

À voir également sur Le HuffPost: À cause des incendies en Gironde, Bordeaux se réveille dans le brouillard

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles