France: 2020, l'année de la BD dans l'Hexagone

L'année 2020 sera l'année de la bande dessinée en France. Une campagne menée par le ministère de la Culture. Près d'un Français sur trois lit régulièrement des albums et les ventes se portent bien. Toutefois, les institutions ne reconnaissent pas toujours la BD comme un art à part entière.

Les Français adorent la bande dessinée. Ces dernières années, la production a été multipliée par dix, mais les ventes seulement par six. Résultat : les auteurs et dessinateurs vivent mal de leur art. Il faut donc attirer de nouveaux lecteurs, et faire en sorte que l'école, le monde académique, regardent la BD d'un peu moins haut.

« Au sein de l’Éducation nationale ou à l’Université, on n’est pas reconnus comme une discipline à part entière, regrette Pierre Lungheretti, directeur de la Cité internationale de la bande dessinée à Angoulême. Il n’y a pas de certification, il n’y a pas de formation dédiée pour les enseignants. À l'Université, il n’y a pas d’unité de recherche qui travaille spécifiquement sur la bande dessinée. Donc, c’est une recherche qui est un peu éclatée, sur le plan institutionnel. »

Et dans les médias non plus, pas d'émission dédiée au neuvième art. Pour le dessinateur Jul, l'un des parrains de l’évènement, la BD est pourtant un lien entre tous les Français.

« On est dans une période sociale, dit-il, où les gens sont dressés les uns contre les autres, à tort ou à raison, mais en tout cas on a du mal à se parler. Et la bande dessinée a cette particularité d’être à la fois archi-snob et ultra-populaire. Et à travers les générations, à travers les différents territoires français, à travers les origines sociales de chacun, il y a quelque chose en commun dans la bande dessinée. Donc il faut en jouer et il faut surtout la célébrer. »

Pour « célébrer » la bande dessinée, 300 évènements seront programmés dans toute la France cette année (à retrouver ici sur le site internet du ministère français de la Culture).

► À écouter aussi : La bande dessinée prend ses quartiers à Kinshasa