France 2 déprogramme le film L'Ascension pour le remplacer par Brest/PSG

·1 min de lecture

Le 11 juillet dernier, un tournant dans l'histoire récente de la télévision française avait lieu en toute discrétion. En programmant Le Petit Nicolas un samedi en prime-time sur son antenne, M6 a sonné le glas de trente ans d'interdiction de diffusion de films sur les chaînes gratuites certains jours de la semaine. Cette juridiction, qui avait cours depuis 1990 et concernait les mercredis, vendredis et samedis, avait été pensée pour protéger les salles de cinéma, dont la fréquentation était particulièrement en berne au début des années 90. A l'heure des plateformes SVOD, proposant des films à toute heure du jour et de la nuit, ce décret semblait obsolète.

Toutefois, ce changement n'a pas opéré de bouleversement dans les grilles, M6 délaissant assez rapidement le cinéma le samedi pour revenir à des séries comme Bull ou Hawaï 5-0. Le vendredi, C8 a ouvert une nouvelle case cinéma, consacrée aux films familiaux comme L'âge de glace. Enfin, le mercredi, alors que seule Arte avait le droit de diffuser des productions européennes, ce sont plusieurs chaînes de la TNT qui proposent désormais des longs-métrages. Du côté de TF1 ou France Télévisions, la programmation cinéma n'a pas vraiment bougé depuis la mise en place de cette nouvelle loi, hormis la diffusion éphémère de films le vendredi en deuxième partie de soirée sur France 3 cet automne.

Mais, le samedi 6 mars, un petit événement aurait du avoir lieu : la programmation d'un long-métrage sur France 2 en prime time à la place des (...)

Lire la suite sur le site de Télé 2 semaines

Affaire Richard Berry : critiquée par ses détracteurs, Marilou Berry met les choses au point
Comment accéder à Star, le nouvel univers de la plateforme Disney+ ?
Beaumarchais l'insolent (C8) : retour sur le parcours d'Emma Luchini, la fille du célèbre acteur
Marina Foïs dévoile une bande-annonce osée pour la cérémonie des César
Tahar Rahim : ce rôle extrême pour lequel il s'est mis en danger physiquement