France 2 : Une célèbre journaliste de la chaîne lève le voile sur son salaire très confortable

Mercredi 22 juin 2022, Benoit Chavatte animait un nouveau numéro de son podcast Politalks. Il recevait ce jour-là à son micro Nathalie Saint-Cricq qui travaille chez France Télévisions depuis 2000 et qui a été promue chef du service politique de France 2 en 2012, fonction qu'elle a gardée jusqu'en 2019.

Au cours de cet entretien, la journaliste n'a pas hésité à aborder tous les sujets, dont celui de l'argent. En effet, interrogée sur son salaire, Nathalie Saint-Cricq n'est pas passée par quatre chemins pour répondre. "Je gagne 5 600 euros net", a-t-elle dévoilé, indiquant qu'elle avait "à peu près 35 ans d'ancienneté" dans son domaine. Un salaire confortable et fixe. Car la maman de Benjamin Duhamel confie ne jamais recevoir de prime et même ne percevoir aucun revenu pour ses interventions à la radio. "Par exemple, voyez, je travaille à France Inter gratuitement le dimanche. Je n'ai jamais eu de primes. On n'a pas de prime de soirée électorale, ni d'émission", a-t-elle précisé.

Nathalie Saint-Cricq a profité de sa prise de parole pour mettre au clair certaines rumeurs sur les salaires des journalistes politiques et celles qui disent qu'ils pourraient se laisser corrompre. "L'idéal serait (...) qu'on dénoue un certain nombre de fantasmes, qu'on dise combien on gagne, qu'on raconte qu'on n'a même pas le droit de recevoir un bouquet de fleurs ou une bouteille de champagne de...

Lire la suite


À lire aussi

Jean-Jacques Goldman sort du silence avec une délicate attention pour une célèbre journaliste, "émue"
Jubilé de la reine : Stéphane Bern, Denis Brogniart... qui commentera les célébrations et sur quelle chaîne ?
Daniil Medvedev angoissé ? Le tennisman lève le voile sur sa plus grosse phobie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles