Françoise castex, ex-eurodéputée «Un bâtisseur et un destructeur»

Libération.fr

Eurodéputée PS de 2004 à 2009, Françoise Castex a adhéré au Parti socialiste dans le courant de Jean-Luc Mélenchon dans les années 90, avant d’intégrer son cabinet à l’Enseignement professionnel lorsqu’il a été ministre délégué sous Lionel Jospin.

«Ceux qui parlent de lui comme d’un simple tribun se trompent. Le mot "leader" est le plus juste dans le sens où Jean-Luc montre à tous une direction. Il est charismatique, il nourrit intellectuellement ceux qui travaillent avec lui. Il n’est pas seulement le caractériel insoumis qu’il veut bien montrer mais bien un grand intellectuel. La preuve : quand il a été nommé par Jospin, il est entré dans les habits d’un ministre de la République, surtout dans ses rencontres diplomatiques. Jean-Luc, ce n’est pas de la graine de dictateur, c’est un bâtisseur. Pour lui, c’est l’objectif et le collectif qui priment. Quand il dit à ceux qui viennent le voir en meeting ou défiler avec lui "vous ne scandez pas mon nom", il est sincère.

«Mais, en même temps il a un côté "destructeur d’unité" avec ce qu’il a fait au PS et ce qu’il fait aujourd’hui avec les communistes. Il a les défauts de ses qualités : il ne supporte pas la contradiction. Pour ceux qui travaillent avec lui, c’est tout ou rien.»



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Des idées fortes dans son programme et nulle part ailleurs
Pureté solitaire
Mélenchon, dernière ligne gauche
Sophia Chikirou, la franche insoumise
Leila Chaibi, la France insoumise «L’action concrète lui plaît»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages