François Vérove, le tueur "grêlé" rattrapé par son passé

·2 min de lecture

Ancien gendarme et tueur en série, cet homme de 59 ans s'est donné la mort alors qu'il était en passe d'être confondu. Reportage de l'Agence France Presse à Prades-le-Lez, la commune où le tueur s'était installé.

A Prades-le-Lez, gros village au nord de Montpellier, François Vérove a laissé le souvenir d'un homme «avenant» et «plutôt sympathique», impliqué dans la vie politique locale. Et pourtant il était le «Grêlé», un tueur et violeur en série recherché depuis les années 1980.

«Si vous m'aviez posé la question il y a deux ou trois jours, je vous aurais répondu que j'en ai gardé une image extrêmement positive : quelqu'un de cordial, de sérieux, qui a tenu ses engagements», a confié vendredi à l'AFP l'ancien maire du village, Jean-Marc Lussert, qui avait pris l'ex-gendarme sur sa liste lors des municipales de 2014.

François Vérove, qui avait également appartenu à la police, jusqu'à un accident de moto en service, n'avait pas été élu. Mais il avait finalement intégré le conseil municipal en 2019, jusqu'à la fin de la législature en 2020, après la démission de plusieurs conseillers.

Etabli sur les hauteurs du village, dans une villa d'architecte qu'il s'était fait construire, l'ancien policier et gendarme avait ensuite déménagé à la Grande-Motte, station balnéaire proche de Montpellier. Et il ne s'était pas porté candidat aux dernières municipales.

Il «représentait la droite républicaine», poursuit Jean-Marc Lussert, en marquant sa «surprise totale» et son «incompréhension» après les révélations sur son ancien colistier, auteur de l'un des plus vieux «cold cases» de France : «Il était un peu tatillon, il insistait sur le respect des règles, de stationnement par exemple. Il se les appliquait lui-même, et ça me semblait logique pour un ancien gendarme», ajoute-t-il.

Depuis trente-cinq ans, les enquêteurs étaient sur la trace d'un inconnu au visage grêlé, soupçonné de cinq crimes commis entre 1986 et 1994. Il est notamment soupçonné(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles