François de Rugy : « L’écologie n’est pas la propriété d’EELV»

Propos recueillis par Géraldine Woessner (et Emmanuel Durget pour la vidéo)
·1 min de lecture
François de Rugy a répondu aux questions du « Point ».
François de Rugy a répondu aux questions du « Point ».

On pensait sa rupture avec EELV, actée en 2015, essentiellement stratégique : aspirant à gouverner, il refusait l'alliance des Verts avec le Front de gauche et leur choix de ne pas participer au gouvernement de Manuel Valls. Elle était en réalité plus profonde. Le Marcheur François de Rugy, contraint à la démission du ministère de l'Écologie en juillet 2019 après la tempête de « l'affaire des homards » lancée par Mediapart, redevenu depuis simple député, a pris « de la hauteur », et le temps de la réflexion.

Au Point, il confie avoir beaucoup appris de l'exercice concret du pouvoir. Alors qu'Emmanuel Macron peine à définir un programme qui lui soit propre en matière d'écologie, piochant ses idées dans l'escarcelle des Verts, l'ancien ministre lance aujourd'hui un think tank destiné à alimenter le futur programme présidentiel, pour construire une écologie « de progrès » basée sur la science, sans tabou sur le nucléaire ou la génétique des plantes. Entretien qui explose les totems.

Le Point : Vous avez milité dix-huit ans chez EELV avant de créer un petit parti, puis de rejoindre La République en marche. Vous dites ne plus reconnaître votre ancienne famille politique. Pourquoi ?

François de Rugy : J'ai toujours pensé que les positions d'EELV étaient déconnectées des réalités économiques, et j'étais mal à l'aise avec certaines positions sur la sécurité, l'immigration, la laïcité. Mais le plus problématique est leur rapport à la science. J'ai vu les choses évolue [...] Lire la suite