François Ruffin "social démocrate"? Alexis Corbière y voit "une impasse politique"

François Ruffin "social démocrate"? Alexis Corbière y voit "une impasse politique"
François Ruffin et Alexis Corbière le 10 décembre 2019 à l'Assemblée nationale  - DOMINIQUE FAGET/AFP
François Ruffin et Alexis Corbière le 10 décembre 2019 à l'Assemblée nationale - DOMINIQUE FAGET/AFP

Une réponse qui se veut ferme. Alexis Corbière signe une tribune dans L'Obs ce mercredi pour tenter de clôre le débat lancé par François Ruffin sur la stratégie à adopter à gauche pour la prochaine présidentielle. Le député de la Somme s'est qualifié la semaine dernière dans le même hebdomadaire de "social-démocrate".

"Pourquoi revenir à un modèle qui a échoué ?", répond le parlementaire de Seine-Saint-Denis qui y voit "une impasse".

Ruffin ne veut pas être dans "l'horizon inatteignable"

"Pour ramener les citoyens vers l’action politique, il ne suffira pas d’apparaître comme ceux qui sont (...) le mieux à même d’attirer des hypothétiques électeurs macronistes supposés de gauche", avance encore ce très proche de Jean-Luc Mélenchon.

Les propos de François Ruffin font débat à gauche alors que le fondateur du journal Fakir semble prendre ses distances avec la ligne de La France insoumise.

"Je suis dans les petits pas, dans le concret, plutôt que dans l'horizon inatteignable. Jamais je n'ai promis le grand soir", avançait l'élu de la Somme.

La fin de son opposition frontale

Ce n'est pas la première fois que l'élu des Hauts-de-France prend ses distances avec le mouvement qui prône "une révolution citoyenne" et la VIe République. L'Amiénois a publié un livre - Je vous écris du front de la Somme - où il raconte ses échanges avec des électeurs de terres ouvrières qui ne veulent plus voter pour la gauche, appelant LFI à parler "autrement du travail".

Après avoir multiplié les coups d'éclat lors de la dernière législature comme lors d'une prise de parole dans l'hémicycle en décembre 2017, affublé d'un maillot de foot vert pour dénoncer le sort des petits clubs, l'ex-journaliste veut désormais changer de ton.

"Je n'ai plus envie de hurler sur les bancs de l'Assemblée nationale", expliquait-il sur France Inter en octobre dernier.

"Je l'ai dit au groupe: ça ne sert à rien. Ça renforce le RN", ajoutait encore le député de la Somme. De quoi agiter les esprits à La France insoumise qui a choisi une opposition frontale à la majorité présidentielle dans l'hémicycle.

Corbière refuse de "courtiser" le centre gauche

Alexis Corbière ne partage pas son analyse.

"Plutôt qu’en ranimant une social-démocratie zombie, nous l’emporterons en convainquant toujours mieux que la solution passe par (la) rupture", tance encore le député dans L'Obs, appelant à "la vérité et à la franchise de notre programme".

Une récente enquête réalisée par Ipsos et Sopra Steria pour Le Monde, avance que 42% des Français interrogés désapprouvent "tout à fait" la manière dont les députés insoumis se comportent à l'Assemblée nationale contre 29% pour les députés du Rassemblement national (RN).

Article original publié sur BFMTV.com