François Rebsamen : « Le macronisme n'existe pas »

Propos recueillis par Emmanuel Berretta
·1 min de lecture
Le maire de Dijon, François Rebsamen.
Le maire de Dijon, François Rebsamen.

Le grand entretien du week-end accueille cette semaine François Rebsamen. Le maire socialiste de Dijon, réélu pour la quatrième fois, a été l'un des premiers à pousser un coup de gueule pour défendre les petits commerces. Sa métropole accorde jusqu'à 15 000 euros aux PME pour surmonter la fermeture imposée par le deuxième confinement. C'est plus que l'État? Une fois de plus, un grand maire souligne les problèmes de communication avec le gouvernement Castex et la dérive de nos institutions vers le pouvoir d'un homme seul. L'ancien ministre du Travail révèle aussi les dessous des faits divers qui ont secoué sa ville cette année avec la descente des Tchétchènes et des Turcs pro-Erdogan. À 69 ans, François Rebsamen répond en homme libre. Et appelle lui aussi à dépasser un PS qui ne pense plus.

Lire aussi Commerces : « Il est indispensable de rouvrir avant le 1er décembre »

Le Point : Vous êtes l'un des maires qui ont mené la bataille du livre en publiant un arrêté municipal permettant aux librairies dijonnaises de rester ouvertes si elles le désiraient. Comment le préfet a-t-il réagi ?

François Rebsamen : Pour un pays de culture, je ne veux pas exagérer mon expression, mais j'étais quand même un peu outré. Franchement, se dire qu'on pouvait acheter des livres partout sauf dans les librairies, ça m'avait choqué. Heureusement, le click and collect ? commander et aller chercher ? a été mis en place, et ça marche pas mal, à Dijon. J'y ai moi-même eu recours pour ache [...] Lire la suite