François Mitterrand, "président préféré" d'Elizabeth II : ce jour où il a dormi à Buckingham

·1 min de lecture

Jacques Attali s’en souvient : “François Mitterrand avait une relation très amicale avec la reine Elizabeth II.” C’est dans les colonnes du Parisien, paru en kiosque ce samedi 14 novembre, que le conseiller spécial à la présidence de la République de 1981 à 1991 est revenu sur cette complicité pour le moins inattendue. En 1984, le chef de l’État s’envole pour les États-Unis pour un voyage d’affaire. Sur place, la monarque lui ouvre grand les bras, et les portes de Buckingham pour une nuit. “La reine était charmante et était allée le chercher à la gare dans son landau doré”, a-t-il raconté.

Elizabeth II le respectait. Hubert Védrine, ancien secrétaire général de l’Élysée et ancien ministre des affaires étrangères, ne peut qu’en témoigner. Toujours dans les colonnes du Parisien, le diplomate décrit François Mitterrand comme “l’un de ses présidents français préférés”. Si l’homme politique et la souveraine ont tissé des liens au fil de leurs rencontres, c’est “sans doute parce qu’il s’intéressait beaucoup à l’histoire de la Grande-Bretagne”. Mais également “parce qu’elle a toujours été un peu plus à gauche que ses gouvernements”. De ses confessions découle un souvenir lors du “dernier sommet international de Mitterrand en mai 1995 pour l’anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale”. La reine Elizabeth II, pourtant réservée et introvertie, se serait “précipitée vers lui” devant “tous les dirigeants”. Face à cette passion, Hubert Védrine ne voit qu’une explication : “Elle savait (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Michelle Obama : "frustrations et dépression", ce que l'ex First Lady a vécu à la Maison Blanche
"Tout ce que je déteste" : Quand Éric Dupond-Moretti évoque son ennemie Marine Le Pen
VIDÉO - Lio, femme battue, raconte le jour où elle a porté plainte
Le saviez-vous ? François Fillon : sa fille Marie rêvait d'un destin à la Claude Chirac
Nicolas Sarkozy fait un reproche à Emmanuel Macron... ça va plaire à Carla Bruni