Quand François Mitterrand faisait fleurir la tombe du maréchal Pétain

franceinfo, Atelier des modules

"Le maréchal Pétain a été aussi, pendant la Première Guerre mondiale, un grand soldat." Emmanuel Macron a lancé une polémique mercredi 7 novembre dans les rues de Charleville-Mézières (Ardennes), où il se trouvait dans le cadre des commémorations du centenaire du 11-Novembre. Le président de la République a jugé "légitime" qu'un hommage soit rendu "aux maréchaux qui ont conduit l'armée à la victoire", dont Philippe Pétain fait partie.

Face à l'ampleur de la controverse, l'exécutif a tenté de calmer le jeu. Dans un message publié mercredi soir sur Facebook, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a précisé que "nous avions annoncé que nous honorerions les maréchaux de la Grande Guerre. Certains en ont déduit que Pétain en faisait partie. Ce n’est pas le cas. S’il y a eu confusion, c’est que nous n’avions pas été suffisamment clairs sur ce point."

Pourtant, Emmanuel Macron n'est pas le premier chef de l'Etat à juger "légitime" de rendre hommage à celui qui fut ensuite chef du gouvernement collaborationniste de Vichy (de 1940 à 1944). Entre 1986 et 1992, François Mitterrand faisait déposer, chaque 11 novembre, une gerbe de fleurs sur la tombe du maréchal à l'Ile-d'Yeu (Vendée), "comme (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi