François Mitterrand et Anne Pingeot : la chronique secrète de leur amour

·2 min de lecture

Il aura fallu attendre seize ans de plus pour que l’ancienne conservatrice du musée d’Orsay ouvre son sanctuaire: pour le documentaire «François Mitterrand & Anne Pingeot. Fragments d’une passion amoureuse» (le 16 mai sur France 5), elle confie à Hugues Nancy et Yvan Gaillard ses dizaines d’albums annotés. Ces photographies montrent comment, par amour, l’homme du 10 mai a peu à peu renoncé à l’un de ses plus chers principes : « On ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment.»

L’air est chaud et sent les vacances. Les aiguilles de pin crissent sous leurs pieds. Il a bientôt 48 ans ; elle, tout juste 21. Lui, c’est François Mitterrand ; elle, c’est Anne, la fille des Pingeot, promise à ce destin bourgeois et provincial des filles de son temps, au service de leur époux. Sur le chemin sablonneux, il faut avancer longtemps, se perdre en route, pour rejoindre une clairière au milieu de grands arbres. La bâtisse de briques rouges est en ruine, noyée sous les fougères, mais « merveilleuse sur son promontoire et encadrée d’un côté par la masse des pins et des trois autres par de splendides chênes-lièges », note, cet été 1964, François. À quelques mètres en contrebas de cette maison longtemps habitée par des gemmeurs, ces hommes qui saignent les pins pour en extraire la térébenthine, une bergerie et son four à pain. Comme dans toute la région, la demeure fait face à l’est et tourne le dos à l’océan. « Lacq » ou « Laqui », écrit-il – en se trompant – dans son journal à Anne. Latche, à vingt minutes en voiture d’Hossegor, où ils se sont rencontrés, mais loin, très loin de l’agitation de cette ville balnéaire.

Lire aussi:ANNE PINGEOT PARLE POUR LA PREMIÈRE FOIS Avec François Mitterrand, 32 ans "de bonheur et de malheur"

La conquête d’Anne est passée par ce lieu-dit indissociable de la longue et assidue cour de François Mitterrand, entamée un an plus tôt. « Cette maison raconte comment les résistances d’Anne ont cédé les unes après les autres », affirme le réalisateur Hugues Nancy, qui a recueilli ses confidences pour son bouleversant film « François Mitterrand & Anne Pingeot. Fragments d’une passion amoureuse », coécrit avec Pierre Favier et coréalisé par Yvan Gaillard. « Je l’ai conduite à la ferme(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles