François Hollande : sa touchante confidence sur la mort de son frère

François Hollande est resté cinq ans au pouvoir. Elu face à Nicolas Sarkozy en 2012, il annonçait à l’issue de son mandat son intention de ne pas se représenter. Le tout au grand bonheur d’Emmanuel Macron, qu’il avait pourtant pris sous son aile lorsqu’il était président. Un coup dur pour celui qui lui avait accordé toute sa confiance. Dans les pages de Paris Match, on apprend notamment que plusieurs proches de François Hollande l’avaient mis en garde sur les agissements du ministre de l’Economie de l’époque. Parmi eux, « son Premier ministre, tôt informé des manœuvres de Macron ; son fidèle ministre des Finances, Michel Sapin, qui, à Bercy, dans les ascenseurs, voyait bien défiler tout Paris. “Méfie-toi”, disait-il au président, qui lui répondait : “Tu es jaloux parce qu’il est jeune et beau” ». Ce que ne savait pas encore le compagnon de Julie Gayet à l’époque, c’est qu’il allait traverser bien pire quelques jours plus tard.

« Se laisser partir »

Trois jours après l’investiture d’Emmanuel Macron et le départ de l’ex de Ségolène Royal de l’Elysée, ce dernier apprenait la mort de son frère, Philippe, atteint d’un cancer. Hospitalisé à Antibes, non loin de la ville de Cannes où il résidait, le musicien de jazz s’éteignait dans la nuit du 17 au 18 mai, deux jours après une visite de son frère qui s’était fendu d’un « Je reviendrai sans doute » aux médias présents sur place. Le père de Clémence, Flora, Thomas et Julien n’aura finalement pas eu le temps de dire au revoir à son aîné,

Retrouvez cet article sur Voici

VIDEO Les reines du shopping : une candidate en nuisette se fait clasher par ses rivales
Molières 2020 : Bruno Solo maître de cérémonie, pourquoi il a ENFIN accepté
VIDEO Incroyables Transformations : une candidate beaucoup trop sexy choque les experts
Cyril Hanouna critiqué par ses fans sur son interview d'Isabelle Balkany, il réplique
Jacques Chirac : l’acte de vandalisme odieux commis sur sa statue