François Hollande "récuse" l'accord entre le PS et LFI pour la Nupes

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Hollande
Hollande

Hollande "récuse" l'accord entre le PS et LFI (Photo: via Associated Press)

POLITIQUE - Pour François Hollande, c’est “Nope”. L’ancien président de la République “récuse”, ce mercredi 4 mai en fin d’après-midi, l’accord scellé entre le Parti socialiste et la France insoumise pour les élections législatives quelques heures plus tôt.

“Je récuse l’accord sur le fond et même sur les circonscriptions”, a-t-il expliqué au quotidien local La Montagne, dans le sillage de plusieurs de ses anciens ministres, Bernard Cazeneuve en tête. Et d’ajouter: “Mais c’est une question qui doit être tranchée par le conseil national du PS”. Lequel doit se réunir demain, jeudi 5 mai, pour décider d’approuver ou non cet accord.

“Je pense que cet accord ne sera pas accepté”, expliquait l’ancien chef de l’Etat sur franceinfo dès la semaine dernière, en dénonçant une “remise en cause de l’histoire même du socialisme”. Pour lui, l’accord était inacceptable tant sur le plan de la répartition des circonscriptions que sur les sujets de fond. Il n’a donc pas changé d’avis en découvrant les termes de l’alliance.

Hollande, privé de circo?

D’autant qu’elle pourrait venir contrarier ses plans. Selon la presse, François Hollande se verrait bien briguer la députation dans son fief de Corrèze pour participer à la “refondation” de la gauche. Or, selon, RMC, la répartition actée ce mercredi ne promet pas d’investiture pour le Parti socialiste dans ce département.

Très concrètement, si l’ancien chef de l’Etat décidait finalement de se présenter, il ferait face à un candidat de la NUPES, la nouvelle union populaire écologique et sociale.

Un match pour le moins alléchant, tant François Hollande ne rate pas une occasion de dire tout le mal qu’il pense de ces tractations. Il viendrait ainsi garnir les rangs des candidats dissidents, que son ancien ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, lui aussi farouchement opposé aux discussions avec LFI, propose de mener. François Hollande fait savoir à La Montagne qu’il prendra la parole plus longuement en début de semaine prochaine.

En attendant, la fronde continue chez les figures historiques du parti à la rose et au poing. L’ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault qualifie de “rafistolage” l’accord conclu et se dit “profondément déçu” par la tournure des événements. Dans le même temps, Bernard Cazeneuve, lui aussi ancien locataire de Matignon, franchit le rubicon et annonce ce mercredi soir quitter le PS, dans une interview à La Manche Libre.

À voir également sur Le HuffPost: De RN à LREM, une passion soudaine pour les débats internes de la gauche

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE SUR LE SUJET :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles