François Hollande, Nicolas Sarkozy… Quand les présidents tombent amoureux de leurs maîtresses

Le Gayetgate a défrayé la chronique aussi bien en France qu'à l'étranger. Nous sommes au mois de janvier 2014 et François Hollande, président en fonction de la Ve République, vient d'être surpris lors d'une escapade nocturne en dehors des murs de sa résidence. Sur un scooter, accompagné d'un unique officier de sécurité, le chef de l'Etat est photographié alors qu'il se rend discrètement chez sa maîtresse, l'actrice Julie Gayet, tandis que sa compagne officielle, Valérie Trierweiler, dort au palais. L'affaire fait alors grand bruit et embarrasse la présidence. Seulement voilà, six ans après ce scandale, François Hollande est toujours en couple avec Julie Gayet. Tombé amoureux de sa maîtresse, l'homme politique a quitté sa compagne pour elle.

Si cela reste rare, ce n'est pas la première fois en France qu'un homme politique de premier plan succombe ainsi au charme de son amante. Après tout, cela était déjà arrivé une première fois à François Hollande lui-même, lorsque, en couple avec Ségolène Royal, il avait fini par la quitter pour faire de sa maîtresse Valérie Trierweiler sa nouvelle compagne. Son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, a d'ailleurs connu une situation à peu près similaire. Marié à Cécilia Sarkozy, mère de son fils Louis, celui qui n'était pas encore président de la République aurait cédé en 2006 au charme de la journaliste Anne Fulda. Une relation de plus en plus sérieuse qui aurait fini par prendre fin au retour de Cécilia Sarkozy.

Que dire, sinon, de François Mitterrand.

Retrouvez cet article sur GALA

Carla Bruni : sa fille Giulia s'est prêtée à la tradition de la galette des rois avec enthousiasme
Lady Gaga en larmes évoque ses viols à répétition face à Oprah Winfrey
PHOTOS - Golden Globes 2020 : Jennifer Aniston, Jennifer Lopez, Charlize Theron... les tenues les plus glamour des stars
Laurence Boccolini violemment prise à partie sur les réseaux : elle réplique sèchement
Brigitte Macron défendue par un ancien ministre de droite… après des attaques odieuses sur les réseaux