"François Hollande et Emmanuel Macron, les créateurs des Gilets jaunes", selon Arnaud Montebourg

·1 min de lecture

Arnaud Montebourg continue son offensive. L'ancien ministre, candidat potentiel à l'élection présidentielle de 2022, n'hésite pas à attaquer Emmanuel Macron. S'il l'a vivement critiqué depuis la sortie de son livre L'engagement en début novembre, le comparant à Julien Doré, évoquant le "vide" que LREM représente ou encore le qualifiant d'"escroquerie", il lui attribue désormais la faute pour la crise des Gilets jaunes.

L'actuel chef d'Etat n'est néanmoins pas le seul mis en cause par le défenseur du Made in France. Ce dernier estime que son prédécesseur François Hollande a aussi joué un rôle dans la création du mouvement. Interrogé sur la dette liée à la Covid-19 dans Le Parisien ce dimanche 22 novembre, Arnaud Montebourg a déclaré : "Les deux créateurs des Gilets jaunes, ce sont François Hollande et Emmanuel Macron, car ils ont fait payer le prix de la crise aux classes moyennes et populaires, en leur infligeant un matraquage fiscal aussi injuste qu’incompréhensible."

Le quotidien précise qu'Arnaud Montebourg fait ici référence à la taxe carbone mise en place par François Hollande en 2014 -alors ministre de l'Economie, il allait bientôt être remplacé par l'actuel président- et à la hausse de la CSG sur les retraites par Emmanuel Macron au début de son mandat.

Arnaud Montebourg fait la tournée des médias depuis un mois. Ce dimanche 22 novembre, on pouvait aussi l'entendre sur Europe 1 dans Le Grand rendez-vous. L'ex d'Elsa Zylberstein et Audrey Pulvar y a tenu une nouvelle phrase (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTOS - Julien Doré : cette énorme somme récoltée pour les sinistrés de la tempête Alex
Mask Singer : des salaires 3 fois moins élevés que pour Danse avec les stars... Révélations
VIDÉO - Laurent Ruquier convaincu par "La pensée blanche" et controversée de Lilian Thuram
Arnaud Montebourg ferme pour contrer Marine Le Pen : "Il faut battre Macron au 1er tour"
VIDÉO - Jonathann Daval : "une homosexualité refoulée", selon l'avocat Pierre Farge