François Hollande était-il visé par un attentat ?

La cellule qui voulait attaquer le palais de l'Élysée au début du mois de mai est également soupçonnée d'avoir visé François Hollande. L'un des 5 hommes arrêtés s'était vanté d'avoir pu approcher sans difficulté l'ancien chef de l'État. Selon les informations de BFM TV, la direction générale de la sécurité intérieure aurait demandé à renforcer la sécurité de François Hollande.Le téléphone portable de l'un des cinq suspects a livré de précieux renseignements aux enquêteurs. Dans un fichier, ils ont d'abord trouvé une photo sur laquelle le propriétaire du mobile - un jeune mineur de 16 ans - pose aux côtés de François Hollande.L'adolescent, d'origine tchétchène, sourit et pointe l'index vers le ciel, un geste qui symbolise la profession de foi en l'islam. Une scène immortalisée en avril dernier alors que l'ancien président de la République était invité dans une librairie de Strasbourg pour une séance de dédicaces. En fouillant un peu plus dans la mémoire du téléphone, la police a découvert que le jeune suspect avait envoyé deux autres clichés de François Hollande à son frère.Il se serait également vanté auprès de ses amis d'avoir pu approcher l'ex-chef de l'État sans être contrôlé, tout en expliquant qu'il représentait une cible intéressante car, selon lui, François Hollande serait le principal responsable du déclenchement des frappes en Syrie. L'adolescent a été mis en examen et écroué mais, à ce stade, rien ne permet de dire avec certitude s'il voulait réellement s'en prendre à l'ancien chef de l'État.

La cellule qui voulait attaquer le palais de l'Élysée au début du mois de mai est également soupçonnée d'avoir visé François Hollande. L'un des 5 hommes arrêtés s'était vanté d'avoir pu approcher sans difficulté l'ancien chef de l'État. Selon les informations de BFM TV, la direction générale de la sécurité intérieure aurait demandé à renforcer la sécurité de François Hollande.

Le téléphone portable de l'un des cinq suspects a livré de précieux renseignements aux enquêteurs. Dans un fichier, ils ont d'abord trouvé une photo sur laquelle le propriétaire du mobile - un jeune mineur de 16 ans - pose aux côtés de François Hollande.

L'adolescent, d'origine tchétchène, sourit et pointe l'index vers le ciel, un geste qui symbolise la profession de foi en l'islam. Une scène immortalisée en avril dernier alors que l'ancien président de la République était invité dans une librairie de Strasbourg pour une séance de dédicaces. En fouillant un peu plus dans la mémoire du téléphone, la police a découvert que le jeune suspect avait envoyé deux autres clichés de François Hollande à son frère.

Il se serait également vanté auprès de ses amis d'avoir pu approcher l'ex-chef de l'État sans être contrôlé, tout en expliquant qu'il représentait une cible intéressante car, selon lui, François Hollande serait le principal responsable du déclenchement des frappes en Syrie. L'adolescent a été mis en examen et écroué mais, à ce stade, rien ne permet de dire avec certitude s'il voulait réellement s'en prendre à l'ancien chef de l'État.