François Fillon et le refrain du cabinet noir

Libération.fr

Jeudi, dans «l’Emission politique» de France 2, le candidat LR a accusé François Hollande d’avoir organisé les fuites sur ses ennuis judiciaires. Basées sur les ambiguïtés d’un livre qui vient de paraître, ces allégations ne reposent sur aucune preuve concrète.

François Fillon a failli casser Internet. Jeudi soir, il est 21 h 24 quand le candidat mis en examen pour «détournement de fonds publics» et «recel d’abus de biens sociaux» ouvre les hostilités dans l’Emission politique de France 2. Evoquant l’existence d’un «cabinet noir» à l’Elysée, Fillon accuse François Hollande d’organiser les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires. «C’est un scandale d’Etat», assène-t-il l’air grave, avant de réclamer l’ouverture d’une enquête.

A la base de ses nouvelles accusations, des extraits du livre Bienvenue Place Beauvau. Police : les secrets inavouables d’un quinquennat, écrit par Didier Hassoux, Christophe Labbé et Olivia Recasens, dont l’hebdo ultradroitier Valeurs actuelles a publié les bonnes feuilles le matin même. «Si ce qui est écrit dans ce livre est vrai, je pense que dans l’histoire récente de la Ve République, un chef d’Etat n’est jamais allé aussi loin dans l’illégalité», conclut le candidat, qui ira jusqu’à se comparer à Pierre Bérégovoy, l’ancien Premier ministre socialiste retrouvé suicidé à la suite d’une violente campagne de presse.

Sur Twitter et Google, les messages et recherches sur le sujet atteignent rapidement des sommets. «Du jamais-vu», confie Karim Rissouli, un des journalistes de l’émission. Une heure plus tard, un des auteurs du livre, Didier Hassoux, appuie sur la pédale de frein à l’antenne de France Info. Accusant Fillon d’avoir voulu faire un «coup», le journaliste du Canard enchaîné dénonce une instrumentalisation de son livre par un «homme aux abois». Et de citer un extrait de l’ouvrage à propos d’un supposé cabinet noir à l’Elysée. «Il n’est pas possible d’en apporter la preuve formelle. Comme il n’est pas possible de prouver le (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Théorie du complot : un programme sans mesure en Fillonie
Plombée par les affaires, la campagne présidentielle s’envenime
«Je suis à la fin de ma vie. Je n’ai vécu que de la politique.»
Le salon Livre Paris passage obligé des candidats à l’Elysée
A Biarritz, Fillon accuse la gauche de vouloir le «tuer»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages