François Fillon, la profession de soi

Libération.fr

Crédité de 17 à 19 % des intentions de vote selon les derniers sondages, loin derrière Macron, le candidat LR veut toujours croire en sa dynamique, la même que celle qui l’avait vu s’imposer dans la dernière ligne droite de la primaire.

Ils font un rêve, les amis de François Fillon : et si le miracle de novembre se répétait en avril ? «Il se passe quelque chose», murmurent-ils d’un air entendu, en sortant des meetings, impressionnés par ces salles partout pleines et combatives, à Quimper jeudi, à Toulon vendredi. Cette formule magique avait fait fureur trois semaines avant le premier tour de la primaire : il se passait «quelque chose» en cette fin octobre 2016, les sondages commençaient à repérer une progression en faveur de l’ancien Premier ministre. Ce qu’il se passe aujourd’hui ? Ce serait, à en croire les fillonistes, le basculement qu’ils annoncent et qu’ils guettent depuis tant de semaines : Emmanuel Macron serait enfin démasqué. Depuis le ralliement de Manuel Valls, le candidat d’En marche serait clairement devenu celui de la gauche hollandaise. Il serait par conséquent condamné à dévisser dans les prochains jours.

Certes, les dernières enquêtes n’ont encore rien noté de tel. Scotché entre 17 et 19 % des intentions de vote, le candidat du «redressement national» reste largement distancé par celui du «renouvellement politique». Et jusqu’à preuve du contraire, c’est plutôt Jean-Luc Mélenchon qui semble porté par une dynamique favorable. Au point d’avoir désormais pour ambition de dépasser Fillon… Pour se rassurer, les fillonistes expliquent qu’en ces temps troublés, les sondages classiques ne sont plus les indicateurs pertinents. Tout se décide de plus en plus tard. Ceux qui se réfèrent aux précédentes élections présidentielles pour prétendre que les intentions de vote seraient «cristallisées» un mois avant le premier tour seraient totalement à côté de la plaque (lire ci-contre). Ils en veulent pour preuve le récent triomphe de la droite allemande dans la Sarre (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Ces élus de droite en service minimum
Filteris, un algorithme de peu de poids
«Blue Whale Challenge» la rumeur déconstruite
Laurence Haïm, «analyse LH»
Socle

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages