François Fillon «met en cause» François Hollande au sujet des poursuites dont il fait l'objet

Libération.fr

Le candidat de la droite à la présidentielle, François Fillon, a dénoncé sur le plateau de l'Emission politique, un «scandale d'Etat» et demandé une enquête sur l'existence ou non d'un «cabinet noir» à l'Elysée.

François Fillon, invité sur le plateau de l’Emission politique sur France 2, a atteint un nouveau stade dans la dénonciation du complot, mettant directement en cause François Hollande. 

Sur François Hollande 

«Je vais mettre en cause le président de la République», a d’abord averti François Fillon. «Il y a un livre qui sort ces jours-ci, dont j’ai pu lire les bonnes feuilles, qui a été écrit par des journalistes qui sont loin d’être mes amis, car deux d’entre eux sont du Canard enchaîné. […] Un livre qui explique comment François Hollande fait remonter les écoutes judiciaires qui l’intéressent à son bureau, ce qui est une illégalité totale», a-t-il affirmé. Le candidat faisait référence à Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat, écrit par les journalistes du Canard enchaîné Didier Hassoux et Christophe Labbé avec Olivia Recasens, dont des extraits ont été publiés par le très droitier Valeurs actuelles

«Moi ce soir solennellement je demande qu’il y ait une enquête d’ouverte sur les allégations qui sont portées dans ce livre, parce que c’est un scandale d’Etat. Si ce qui est écrit dans ce livre est vrai, je pense que dans l’histoire récente de la Ve République, un chef d’Etat n’est jamais allé aussi loin dans l’illégalité, la prise de pouvoir sur des services sur lequels il ne devrait pas avoir autorité», a encore affirmé le candidat mis en cause. 

Et de suggérer pour finir, que François Hollande se trouvant en incapacité de se représenter, il aurait décidé de réduire à néant les chances «d’alternance». 

Sur la justice

Le candidat a une nouvelle fois suggéré que la justice n’était pas aveugle, s’étonnant de sa rapidité. Du «jamais vu», selon lui. Sauf que le cas Le Roux lui donne plutôt tort. Et pour cause : (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Fillon dénonce un «scandale d’Etat» et «met en cause» Hollande
Fillon: «J’ai eu tort d’accepter» les costumes, «je les ai rendus»
Le Drian, une prise de guerre convoitée pour Macron
La galaxie des ralliements à Emmanuel Macron
Emmanuel Macron : «On ne peut pas être timidement européen, sinon on a déjà perdu»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages