François Fillon, le mal-aimé : ses nouveaux collègues l’ont mal accueilli

Et la vie de François Fillon ne fut plus jamais la même. En janvier 2017, une polémique éclate en pleine campagne présidentielle, alors que l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, candidat à la succession de François Hollande, est pointé du doigt pour des emplois fictifs qui auraient permis à son épouse Penelope Fillon d'empocher la coquette somme de 500.000 euros sur plusieurs années. Le Penelopegate, est né, écornant sérieusement l'image de candidat irréprochable que s'était construit François Fillon pour accéder aux plus hautes fonctions.

Évincé de la course à la présidentielle dès le premier tour, François Fillon décide de disparaître des radars pour faire oublier la polémique qui s'était transformée en affaire d'Etat. "Je vais devoir penser ma vie autrement, panser aussi les plaies de ma famille », avait-il déclaré après sa défaite. Après quelques mois passés à se ressourcer, l'homme politique avait décidé de se lancer dans une nouvelle aventure professionnelle en intégrant en tant qu’associé Tikehau Capital, une société de gestion et d’investissement située rue Monceau dans le VIIIe arrondissement de Paris et qui gère plus de 10 milliards d’euros d’actifs.

Selon les informations de L'Express, François Fillon aurait reçu un accueil glacial de la part de ses collègues, le Penelopegate étant encore bien présent dans les esprits. "Son nom, son image, sont esquintés, cabossés", précise l'hebdomadaire, qui le qualifie même de "grand brûlé", face à la délicatesse de sa situation.

Retrouvez cet article sur GALA

PHOTO - Alexandra Rosenfeld ultra-svelte après son accouchement, elle déculpabilise les autres mamans
PHOTO - Kate Middleton chez elle à Kensington : une rare plongée dans son intimité
Kate Middleton chic et sobre : elle reçycle sa robe Catherine Walker pour les commémorations de l'Holocauste
PHOTOS - Découvrez les tenues les plus incroyables des stars de la décennie
Béatrice Dalle contrainte d’annuler un engagement pour "raisons familiales"