François Fillon : « Macron, c'est un petit joueur à côté de moi ! »

Par Erwan Bruckert

Interrogé par la chaîne suisse RTS ce mercredi 9 octobre, François Fillon s'est lâché au sujet de la politique française.

À la télévision suisse, le très discret François Fillon s'est lâché au sujet du président de la République, des Gilets jaunes, de la droite…

S'il y a une sortie médiatique à laquelle on ne s'attendait pas, c'est bien celle-là. Extrêmement discret depuis son élimination au premier tour de l'élection présidentielle – tout juste a-t-il réagi au décès de Jacques Chirac le 26 septembre dernier –, François Fillon a refait surface ! En Suisse ! Invité à répondre aux questions du journaliste de la RTS Darius Rochebin au salon Communica organisé au Palexpo de Genève, l'ancien Premier ministre est apparu plus détendu et taquin que jamais. Interrogé au départ sur ses nouvelles fonctions de président de la Commission constructeurs de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), il s'est, de lui-même, déporté sur le sujet de la politique française sans s'embarrasser d'aucun filtre.

 

 

Questionné sur la gestion de la crise des Gilets jaunes par Emmanuel Macron, François Fillon s'en est pris, avec humour et acidité, au laxisme du président de la République : « Si on réfléchit bien, ce n'est pas grand-chose, cette affaire de Gilets jaunes… Il y a eu, au maximum des manifestations, 150 000 à 180 000 personnes à manifester dans toute la France. Je vais être un peu prétentieux, mais quand j'étais ministre des Affaires sociales, j'ai fait une réforme des retraites et j'ai mis deux millions et demi de personnes dans la rue. Macron, c'est un petit joueur à côté de moi », a-t-il déclaré, déclenchant les rires du public. 

Et d'ajouter, plus sérieusement : « Pourtant, il va reculer et va se lancer dans son affaire de grand débat, qui, à mon avis, a eu des conséquences fâcheuses sur la suite de sa volonté de réforme. Pourquoi ? Parce qu'il y a cette puissance médiatique, cette puissance de l'image et des réseaux sociaux qui fait croire que, tout à (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :