François Fillon, l'ami des impôts

François Fillon, l'ami des impôts

Le Nicolas Sarkozy refusant d'être «le président qui augmente les impôts» est à ranger au rayon des souvenirs. Avec le nouveau plan de rigueur annoncé lundi par le premier ministre François Fillon, la balance penche encore fortement en faveur de l'augmentation des recettes de l'Etat, et non de la réduction des dépenses.

Sur les 6,9 milliards d'euros d'effort budgétaire visés en 2012, 5,2 milliards proviennent de nouvelles recettes (majoration de l'impôt sur les sociétés, augmentation de la TVA, de l'impôt sur le revenu etc..) contre 1,7 milliards pour des économies (sur le train de vie de l'Etat, les retraites, les prestations familiales, etc.). Même tendance en 2013, quand toutes les mesures feront effet: 7,9 milliards d'euros de recettes pour 3,7 milliards d'économie.

 

(Cliquer sur le tableau pour le voir in extenso)

 

En pourcentage, le résultat est sans appel: pour 100 euros de réduction du déficit en 2012, plus de 75 proviendront de recettes nouvelles. Et plus de 68 en 2013.

 

(Cliquer sur les graphiques pour les voir)

Cette réalité comptable n'a pas empêché François Fillon d'assurer que sa potion était équilibrée. «Il impensable de [réduire le déficit] en augmentant exclusivement les impôts, comme le suggère l'opposition.», a-t-il précisé en présentant son plan. «Il n'y a donc pas d'autre solution pour réduire l'endettement que de réduire les dépenses et d'ajuster la fiscalité de façon ciblée», a-t-il indiqué. Un ajustement de cible assez large.

 

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Les Français féroces envers la politique
«Un gouvernement balloté par les événements»
Chevènement: vieillissant, usant, fatigant...
«Je veux donner du sens à la rigueur»
Suivez Libération.fr sur Facebook

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages