François Fillon : sa candidature déchire son parti

France 3

Des Républicains déchirés. Dans cette fédération de Rouen (Seine-Maritime) ce samedi 4 mars au matin, les militants ne cachent plus leurs états d'âme. "Je suis un peu désespérée que nous ne puissions pas faire campagne", déplore Françoise Guégot, secrétaire départementale de Seine-Maritime

Les Républicains. "Sur les marchés, on se fait insulter, les gens nous disent qu'ils ne nous font plus confiance", ajoute un militant. Et pour un jeune homme d'ajouter : "Alors qu'on était présidentiable, on voit la victoire nous échapper donc il va falloir retrouver un plan B".

Les soutiens d'Alain Juppé s'organisent

Même profonde rupture dans le sud-est où François Fillon s'était imposé avec plus de 80% des voies au second tour des primaires. Aujourd'hui, 35 élus azuréens lui demandent de retirer sa candidature. "On ne parle plus du fond, plus du projet et de l'avenir de la France, on ne parle plus que des affaires. Donc il est temps qu'il s'arrête", déplore Rudy Salles, députés UDI des Alpes-Maritimes et adjoint au maire de Nice (Alpes-Maritimes). Pendant ce temps, les soutiens d'Alain Juppé s'organisent, ils attendent que François Fillon annonce son retrait pour pouvoir faire campagne.

Retrouvez cet article sur Francetv info

François Fillon : l’appel au soutien populaire
François Fillon : les enjeux de la manifestation
Justice : Marine Le Pen s’abrite derrière son immunité parlementaire
Bureau politique Les Républicains lundi : "Pas la Nuit des longs couteaux" mais la soirée "des petits canifs"
Manifestation pro-Fillon : "Ce n’est pas parce que le temps est mauvais qu’il faut abandonner le navire"

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages