François Fillon, ses affaires depuis l'affaire

François Fillon sort de l'ombre. Jeudi, l'ancien Premier ministre montera à nouveau sur une ­tribune pour prononcer un discours, dans l'enceinte du Sénat, pour la ­première fois depuis son échec au premier tour de la présidentielle. L'ancien candidat interviendra lors d'un colloque qu'il organise sur les chrétiens d'Orient. Objectif : mobiliser les bonnes volontés autour de son association Agir pour la paix avec les chrétiens d'Orient, qu'il espère transformer en fondation.

Lire aussi - François Fillon sort de son silence et se moque de Macron, "petit joueur" face aux Gilets jaunes

Pour l'occasion, Fillon a mis les petits plats dans les grands, avec l'aide de Bruno Retailleau, président de la droite sénatoriale, qui lui a succédé à la tête du microparti Force républicaine. Participeront notamment à cette journée de débat, outre Retailleau et le ­président (LR) du Sénat Gérard Larcher ; le cardinal Louis ­Raphaël 1er Sako, patriarche ­chaldéen de Babylone ; l'ex-chef du gouvernement espagnol José-María Aznar ; l'ex-ministre des ­Affaires étrangères Hubert Védrine, et l'ancien ministre de l'Éducation nationale Luc Ferry.

"Sa reconversion est une réussite et il est très heureux", assure Anne Méaux

La défense des chrétiens d'Orient "est un sujet qui lui a toujours tenu à cœur", souligne son ami, le financier Arnaud de Montlaur, qui lui "donne un coup de main" pour sa fondation, comme l'avocat Antoine Gosset-Grainville ou Annie ­Lhéritier, ex-chef de cabinet de Jacques Chirac. Fin ...


Lire la suite sur LeJDD