Publicité

François Bayrou relaxé "au bénéfice du doute" dans l'affaire des assistants parlementaires européens

Le président du Modem, François Bayrou, a été relaxé lundi "au bénéfice du doute" par le tribunal correctionnel de Paris dans l'affaire des assistants parlementaires européens. Cette décision éclaircit l'horizon politique du triple candidat à la présidentielle. Huit autres prévenus, dont cinq ex-eurodéputés, ont en revanche été condamnés à des peines allant du sursis à des amendes de plusieurs milliers d'euros.

Des doutes mais pas de preuve pour incriminer François Bayrou dans l'affaire des assistants parlementaires européens. Le président du MoDem a été relaxé lundi 5 février "au bénéfice du doute" par le tribunal correctionnel de Paris.

"Pour moi c'est un cauchemar de sept années qui vient de s'achever par une décision sans contestation du tribunal", a déclaré François Bayrou, 72 ans, en sortant de la salle d'audience. Dans ce dossier, deux autres prévenus ont aussi été relaxés.

Les huit autres, parmi lesquels figuraient cinq ex-eurodéputés, ont en revanche été condamnés à des peines allant de 10 à 18 mois de prison avec sursis, des amendes de 10 000 à 50 000 euros et à deux ans d'inéligibilité avec sursis.

En particulier, l'ancien garde des Sceaux Michel Mercier s'est vu infliger une peine de 18 mois de prison avec sursis et une amende de 20 000 euros et Jean-Luc Bennahmias une peine de 12 mois avec sursis et 30 000 euros d'amende.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
François Bayrou mis en examen pour "complicité de détournement de fonds publics"