François Baroin à nouveau tenté par la présidentielle ? "Il a toujours une idée derrière la tête"

·1 min de lecture

La droite n’a pas dit son dernier mot pour les élections présidentielles d’avril 2022. François Baroin, actuel président de l’Association des maires de France, pourrait être candidat dans la course à l’Élysée. C’est en tout cas ce que sous-entendent certains de ses proches, comme le souligne un article publié sur le site de France Inter, lundi 5 avril. De son côté, le maire de Troyes ne le nie pas non plus. "Cette question-là n'est tellement pas d'actualité dans l'esprit des Français", a-t-il déclaré lors d’une interview accordée au Parisien, samedi 13 mars, alors qu’un journaliste lui demandait s’il avait pour objectif de se présenter. Dans la sphère privée, François Baroin précise pourtant que “la route est longue”, relate la radio.

L'annonce de sa potentielle candidature commence à faire parler dans les rangs de la droite et de l’opposition. Surtout depuis le déjeuner organisé, vendredi 12 mars, avec Christian Jacob président des Républicains, Nicolas Sarkozy et où, le président de l’Association des maires de France, était également convié. Si celui-ci a été planifié après la mort d’Olivier Dassault, député de l’Oise, dans un accident d’hélicoptère, elle a mis la puce à l’oreille à de nombreuses personnes. "Baroin a toujours une idée derrière la tête, il ne fait rien pour rien", a notamment déclaré un élu, comme l’explique France Inter.

À presque un an des élections présidentielles, la droite est pour l’heure divisée. Seul Xavier Bertrand a officialisé sa candidature lors d’une (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Meghan Markle : ces nombreuses faveurs d'Elizabeth II qu'elle a toutes rejetées
Stéphane Thebaut revient sur l’arrêt brutal de la Maison France 5 : « Ça manquait totalement d’élégance et de politesse »
Melania Trump, pas de trêve pascale avec Ivanka : elles s'évitent toujours !
Sharon Stone sauvée par le fantôme de sa grand-mère
VIDÉO - Édouard Philippe cash sur ses dernières heures à Matignon : "La fin est toujours très brutale"