François Astorg : comment l’écologiste sans parti a conquis la mairie d’Annecy

·2 min de lecture

Le 28 juin dernier, François Astorg, 59 ans, devenait maire d’Annecy. Deux mois après son élection, retour sur le parcours de l’écologiste qui a fait basculer la ville de Haute-Savoie vers le changement après 66 ans de centre-droit. 

Lorsqu’on lui demande son orientation politique, François Astorg retire ses lunettes et hausse les sourcils. Une question étonnamment difficile pour le nouveau maire d’Annecy, la préfecture de la Haute-Savoie. S’il était bien membre d’Europe Ecologie Les Verts de 2009 à 2016 et élu écologiste au conseil municipal d’Annecy de 2014 à 2020, l’homme de 59 ans assure être plus attaché à son projet pour la ville qu’aux étiquettes. Position cohérente avec le mouvement qui l’a fait élire, « Réveillons Annecy ». Le collectif de femmes et d’hommes plutôt jeunes, sensibles aux questions de l'écologie, du renouveau démocratique et de la justice sociale l'a plébiscité « largement » (selon la 5e de liste Chantale Farmer, maire déléguée d’Annecy et membre de la majorité), pour devenir leur tête de liste. Il conjugue bonne connaissance du monde économique, essentielle dans ce territoire d’entrepreneurs, et convictions écologiques, sans pour autant avoir l’image d’un candidat de gauche, rédhibitoire pour une partie de l’électorat annécien. Le soir du premier tour, il est légèrement devancé par le maire sortant Jean-Luc Rigaut - UDI et soutenu par La République en Marche (LREM). Dans l’entre-deux tours, il s’allie avec Frédérique Lardet, députée LREM et candidate dissidente du parti présidentiel, et remporte finalement les élections avec 27 voix d’avance.

Lire aussi :A Annecy, malgré une reprise exceptionnelle, les restaurateurs retiennent leur souffle

Un si petit écart avec son rival Jean-Luc Rigaut, ce n’était pas la première fois. Quand il se présente à ses premières élections, les cantonales en 2011, il est battu de moins de 200 voix par l’homme de centre-droit alors maire d’Annecy. François Astorg perd l’élection mais prend goût(...)


Lire la suite sur Paris Match