Française tuée au Maroc: une Belge agressée quelques heures plus tard, le même homme suspecté

·1 min de lecture
Une rue de Marrakech, en décembre 2018. (photo d'illustration) - FADEL SENNA / AFP
Une rue de Marrakech, en décembre 2018. (photo d'illustration) - FADEL SENNA / AFP

Samedi en fin de journée, à Agadir au Maroc, une ressortissante belge âgée de 67 ans, originaire de la région de Mons en Belgique et résidant au Maroc, a été victime d’une attaque à l’arme blanche, a appris BFMTV du parquet fédéral belge. Cette personne est grièvement blessée mais les médecins locaux affirment que ses jours ne sont pas en danger.

Le suspect, âgé de 31 ans, serait apparemment aussi celui qui a causé, quelques heures plus tôt, la mort d’une ressortissante française de 78 ans sur un marché à Tiznit, dans le sud du pays. Face à ces deux faits, les autorités judiciaires marocaines ont décidé d’ouvrir un dossier pour terrorisme.

Le parquet belge ouvre une enquête

Le Parquet fédéral belge, travaillant en étroite collaboration avec le PNAT (Parquet National Anti-Terroriste français), a donc décidé d’ouvrir également un dossier, pour tentative d’assassinat dans un contexte terroriste.

Sur place, un policier et un magistrat de liaison belges travaillent de façon concertée avec les autorités policières et judiciaires marocaines. Le dossier d’enquête a été confié à la section antiterroriste de la Police Judiciaire Fédérale de Charleroi.

En réaction au meurtre de la septuagénaire samedi, le ministère français des Affaires étrangères a "recommandé de faire preuve de vigilance dans l'ensemble des lieux publics et lors de ses déplacements au Maroc", dans un message posté sur le site internet de l'ambassade de France au Maroc.

La police avait également précisé que le suspect, sous le coup d'une enquête antiterroriste dorénavant, avait auparavant été admis dans un hôpital psychiatrique "du 25 septembre au 25 octobre 2021".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles