Une Française refusée au Québec pour ne pas avoir démontré sa maîtrise du français

Emilie Dubois

Mise à jour le 9 novembre: Émilie Dubois, dont la demande de Certificat de sélection du Québec a dans un premier temps été refusée, a été contactée par le ministère de l’immigration vendredi 8 novembre au soir. Après la médiatisation de l’affaire, ce dernier lui a indiqué que son dossier avait finalement été validé et qu’elle recevrait son document d’immigration la semaine prochaine.

IMMIGRATION - Entre le rire et l’incompréhension. Emilie Dubois avait pourtant mis toutes les chances de son côté pour pouvoir s’installer au Québec, où elle est arrivée en 2012. Cette Française, qui a créé sa propre entreprise après avoir complété un doctorat de biologie à l’Université Laval vient pourtant de se voir refuser sa demande de Certificat de sélection du Québec par le ministère de l’Immigration. En cause, un chapitre de sa thèse rédigé en anglais, qui a par la suite été publié dans une revue de renom, mais qui selon les services de l’immigration ne montre pas un niveau suffisant de maîtrise du français. 

C’est en décembre 2018 alors qu’elle revient de vacances en France, que la jeune femme reçoit une lettre faisant mention de ce “problème” de français. Le chapitre en question est pourtant le seul sur les cinq de sa thèse à être rédigé en anglais, était problématique. “C’est la langue que les scientifiques utilisent pour communiquer entre eux et échanger des connaissances”, commente-t-elle. 

Immédiatement après avoir eu vent de ce refus à venir, assure-t-elle à Radio Canada, elle a demandé un délai pour passer un test de français pour lequel il a fallu débourser 200 dollars et qu’elle a réussi. Les résultats ont bien été transmis à la mi-mars aux services concernés, mais sans aucun retour par la suite, si ce n’est cette lettre de refus le mois suivant. “C’est comme une avalanche qui nous tombe sur la tête et on ne sait pas pourquoi. Ma vie est là!”, confie-t-elle à la radio.

Malgré ce sentiment de rejet, Emilie Dubois a pu compter sur le soutien de la députée Catherine...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post