Des Français tirés au sort pour évaluer la vaccination : "Pas sûr que cela apporte grand chose", juge Michel Cymes

·1 min de lecture

"On ne va pas faire de langue de bois : ça ne va pas assez vite". Le médecin Michel Cymes s'inquiète lundi dans Culture Médias de la lenteur française à vacciner la population contre le Covid-19. Il appelle donc à une accélération rapide de la campagne de vaccination. Il s'étonne aussi de l'utilité de la composition par le gouvernement d'un collectif citoyen de 35 Français, tirés au sort ce lundi, afin d'impliquer la population dans la stratégie vaccinale.

>> Retrouvez Culture Médias en replay et en podcast ici

"Je pense qu'on en a loupé un peu le départ dans les starting blocks et qu'on va essayer d'arranger les choses. Mais ça ne va pas assez vite", ajoute-t-il. Selon lui, l'exécutif est peut-être "traumatisé par le H1N1 et les vaccinodromes", et voudrait éviter les attaques subies par Roselyne Bachelot, à l'époque ministre de la Santé.

Mais il point également un problème de bureaucratie. "Il faut des congélateurs qui permettent de maintenir les doses à -80°C, rappelle-t-il. Et d'après ce que j'ai lu, il y a je ne sais pas combien de ces congélateurs qui attendent le feu vert de l'Etat. Ce n'est pas possible."

"Je n'aimerais pas être ministre de la Santé aujourd'hui"

Michel Cymes s'interroge aussi sur la décision gouvernementale de créer un collectif citoyen de 35 Français tirés au sort pour se prononcer sur la stratégie vaccinale de la France. "Je me demande s'il est vraiment nécessaire de pousser la démocratie jusqu'à ces extrêmes, qui consisteraient à demander à 35 ...


Lire la suite sur Europe1