Les Français pourront-ils aller au travail en train à la rentrée?

Cet été, 23 millions d'usagers ont emprunté ce mode de transport, un chiffre record. Pourtant, il n'y a plus suffisamment de conducteurs pour assurer toutes les liaisons ferroviaires. La pénurie annoncée est nationale, il manquerait 1200 agents.

Faute de personnel, la SNCF doit supprimer des trains. Conséquence d'un manque d'organisation selon Erik Mayer, syndicaliste Sud Rail : « Il y a un défaut d'anticipation de la direction de la SNCF, à la sortie de la crise Covid. En 2020 et en 2021, il n'y eu quasiment aucun recrutement de réalisé, donc les départs n'ont pas été compensés. On a une direction de la stratégie qui évaluait pas avant fin 2023 voire 2024 une reprise des trafics, alors qu'elle est là et supérieure au niveau de trafic qu'on avait en 2019. »

Autre raison de ce manque de personnel : des conditions de travail de plus en plus pénibles, d'après le cheminot. « Vous travaillez la nuit, le jour, les week-end, les jours fériés, vous avez un planning qui bien souvent n'est pas connu à l'avance. Pour les salaires de base qui sont proposés, ça n'intéresse pas les gens de ne pas savoir s'ils vont être le week-end chez eux, de ne pas savoir s'ils vont rentrer le soir deux jours après... »

La pénurie touche d'autres services. Il manque près de 300 agents pour la maintenance des trains à grande vitesse.


Lire la suite sur RFI