Les Français n'avaient jamais autant quitté leur emploi, et ce n'est pas forcément une mauvaise nouvelle

Va-t-on bientôt voir sur le TikTok français des salariés quitter leur entreprise sans laisser de trace ? Si l’on se pose la question, c’est parce que le nombre de démissions en France n’a pas été aussi élevé depuis la crise économique de 2008, note une étude de la Dares. Le pays enregistre près de 520 000 démissions par trimestre depuis fin 2021. Et cela rappelle fortement “La Grande Démission” qu’a vécue l’Amérique pendant la crise de la Covid.

À l’époque, alors que le virus circulait encore énormément, les États-Unis, où la couverture sociale est, pour ainsi dire, précaire, ont connu une vague de démissions sans précédent. 47,4 millions de salariés avaient claqué la porte de leur emploi en 2021 – tous ne s’étaient pas filmés en train de le faire sur TikTok. Plus généralement, 48 % des actifs américains rêvaient de trouver un autre emploi pour améliorer leurs conditions de vie.

Avec 523 000 démissions au début de l’année 2022, dont 470 000 personnes en CDI – ce qui représente 2,7 % des salariés français, le taux de démissions atteint donc son plus haut niveau depuis 2008. Mais il n’est “ni inédit, ni inattendu”, nuance la Dares. En d’autres termes, nous sommes bien loin de vivre une Grande démission à l’américaine.

Sur le même sujet ⋙ Qu'est-ce que la "Grande Démission", ce phénomène américain devenu viral sur TikTok ?Mépris, sexisme, racisme : "Je démissionne ! (et pourtant, je ne m'énerve que rarement...)"

Selon la direction des études statistiques, si les salariés français (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Après 25 plaintes pour agressions et harcèlement sexuels, le quaterback américain Deshaun Watson suspendu
L’influenceur auto-proclamé misogyne Andrew Tate banni de Facebook, Instagram et TikTok
Anorexie, mariage, maternité... Amélie Nothomb fustige les injonctions qui pèsent sur les femmes
Les Finlandaises postent des vidéos d’elles qui dansent pour soutenir leur Première ministre
"Ils vont se focaliser uniquement sur leur victime" : pourquoi les féminicides augmentent chaque été