Le Pen ou Macron : selon les Français, qui est le plus crédible sur les thèmes majeurs ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Christophe Michel/ABACAPRESS.COM et Christian Liewig/ABACAPRESS.COM
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Si le président-candidat reste en tête dans cette bataille pour la présidence de la République avec 53,5% d’intentions de vote au second tour, il est jugé moins crédible que Marine Le Pen sur trois des cinq thèmes majeurs de la campagne d’après notre enquête Ifop-Fiducial pour Paris Match-LCI-Sud Radio.

La santé, l’éducation, la lutte contre le terrorisme, le pouvoir d’achat et l’insécurité, voilà les cinq préoccupations majeures des Français d’après notre sondage Ifop-Fiducial . Et si Emmanuel Macron semble en bonne voie pour rempiler pour un second mandat, Marine Le Pen peut toujours espérer lui barrer la route en le doublant sur trois des cinq thèmes principaux : le pouvoir d’achat, la lutte contre l’insécurité et la lutte contre le terrorisme.

Sur la santé, Emmanuel Macron est crédible pour 41% des Français comparé à Marine Le Pen qui réalise un score timide de 34%. Le directeur général opinion de l’Ifop Frédéric Dabi explique que d’après un sondage de son institut, « cela a été la première occupation des Français dès septembre 2019 et malgré les dysfonctionnements de la gestion du Covid, la population a plus souvent retenu la photo que le film », ajoutant que « la campagne de vaccination, notamment, a pris le pas sur les ratés comme la gestion des masques ou les tests. » Pour lui, « il est normal que Macron soit devant sur cette thématique. »

Au sujet de l’éducation, la candidate d’extrême-droite accuse un retard de 9 points sur le président sortant : 42% pour Macron, 33% pour Le Pen. Un score « surprenant » d’après Frédéric Dabi qui déclare que malgré un « désenchantement, avec Parcoursup, le baccalauréat, et un pessimisme général sur l’éducation », le gouvernement s’en sort bien. A contrario, « Marine Le Pen ne communique pas sur cette thématique dans son programme » préférant privilégier « le pouvoir d’achat, si bien qu’il y a eu une association entre le récit qu’on fait de la campagne des Français et Marine Le Pen. »

Pour Frédéric Dabi, Emmanuel Macron a le statut compliqué du sortant également

Le(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles