Les Français sous-estiment largement l’impact climatique de la viande

Par Laurent Bègue-Shankland*
·1 min de lecture
D’après une étude américaine de 2019, les consommateurs évaluent assez bien l’impact climatique d’une heure d’utilisation d’une ampoule ou d’un ordinateur portable, alors qu’une portion de viande est 25 à 100 fois plus polluante qu’ils ne l’imaginent.
D’après une étude américaine de 2019, les consommateurs évaluent assez bien l’impact climatique d’une heure d’utilisation d’une ampoule ou d’un ordinateur portable, alors qu’une portion de viande est 25 à 100 fois plus polluante qu’ils ne l’imaginent.

Récemment, Kwasi Kwarteng, secrétaire d'État à l'Énergie et à la Stratégie industrielle du Royaume-Uni, se félicitait du nombre croissant de citoyens britanniques diminuant leur consommation de viande ou devenant végans, aidant ainsi le pays à atteindre ses objectifs climatiques. Si les Français connaissent l'importance des efforts individuels pour lutter contre le réchauffement climatique, l'impact d'une transition alimentaire est bien plus négligé en France que dans d'autres pays.

Le 22 avril, Journée mondiale de la Terre, l'institut Ipsos révélait un sondage portant sur l'engagement climatique de 21 011 citoyens de trente grands pays. En demandant aux personnes interrogées de désigner parmi neuf écogestes les trois qui leur semblaient les plus efficaces, cette enquête d'opinion permet de comparer l'évaluation des leviers d'action par la population de chaque pays.

L'option la moins choisie par les Français (7 % de choix) est la végétalisation de l'alimentation. C'est surprenant, car une alimentation sans produits d'origine animale économise quatre fois plus de gaz à effet de serre que le recyclage (sélectionné par 70 % des Français, en 1re position). D'autre part, de nombreux répondants (37 %, en 3e position) ont opté pour l'utilisation d'ampoules à basse consommation, un choix ayant huit fois moins d'impact que la végétalisation.

Les ampoules plutôt que le steak

De manière générale, nous avons tendance à largement sous-estimer les conséquences climatiques d [...] Lire la suite