Un Français sur dix a déjà été victime d'inceste, un sujet qui reste encore tabou

·2 min de lecture

Un Français sur dix déclare avoir été victime d'inceste, selon une enquête Ipsos pour l'association "Face à l'inceste". Le chiffre pourrait encore être sous-estimé en raison de la difficile libération de la parole sur ce sujet encore largement taboue. Les associations pointent également une insuffisance judiciaire.

A la veille de la journée internationale des droits de l'enfant, vendredi 20 novembre, l'association "Face à l'inceste" publie une enquête sur ce sujet douloureux et dévoile un chiffre sidérant : 6,7 millions de français en seraient ou en auraient été victimes, selon les projections d'une enquête Ipsos. Un Français sur dix déclare avoir subi ce tabou absolu, qui touche toutes les strates de la société et tous les milieux socio-professionnels. En 2009, le nombre de victimes déclarées s'élevait à 2 millions, un chiffre triplé en dix ans. Huit victimes sur dix sont des femmes, précise l'association.

La difficile libération de la parole

Selon "Face à l'inceste", le chiffre pourrait même être sous-évalué car, même si la parole se libère, de nombreuses victimes n'osent pas parler. C'est surtout vrai des hommes victimes d'un parent abuseur masculin. Pour Guillaume, 46 ans, c'est un combat permanent pour surmonter sa souffrance. "J'ai commencé à être victime de violences sexuelles à l'âge de 4 ou 5 ans environ. Cela a duré une quinzaine d'années, toutes les semaines et plusieurs fois par semaines. J'ai grandi avec la peur de parler. Et à 28 ans, mon corps a réagi. J'ai fait 4 tentatives de suicide en six mois", raconte-t-il au micro d'Europe 1.

>>Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"Quand on grandit dans une famille qui a toujours peur de se faire juger par les autres, j'étais bien conscient qu'en parler cela aurait été un tsunami pour eux", ajoute le quadragé...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :