Les Français de plus en plus accros à leur portable

addiction - Selon une étude, 80 % des personnes interrogées disent cependant accomplir au moins une action pour réduire leur empreinte environnementale numérique

Les Français sont accros à leur portable. Pour jouer, travailler, filmer un concert ou s’informer (en lisant 20 Minutes bien sûr), ils ne peuvent plus se passer de leur smartphone. Selon les résultats du Baromètre du numérique publiés mardi, la part de la population déclarant en posséder un s’est stabilisée en 2023 à un niveau élevé (87 %).

Parmi les détenteurs de smartphones, 85 % déclarent l’utiliser pour naviguer sur Internet (+3 points par rapport à 2022), 80 % pour envoyer des messages grâce aux applications proposant ce service (+1 point) et 73 % pour téléphoner via des applications (+4 points).

Plus de 10 écrans par foyer

Sans surprise, les services de communications textuelles et vocales sont massivement adoptés par les plus jeunes générations, avec 94 % des 12-17 ans déclarant utiliser des services de messagerie instantanée.

Dans le même temps, les équipements numériques plus récents continuent à se diffuser, avec 37 % des personnes interrogées ayant au moins un objet connecté (domotique, électronique, santé, sécurité) et 29 % une enceinte connectée (+2 points par rapport à 2022).

En 2023, la moyenne par foyer disposant d’une connexion Internet fixe est de plus de 10 écrans, soit environ 300 millions d’équipements numériques en France métropolita(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Intelligence artificielle : ChatGPT peut désormais tenir des conversations orales et fluides
JO Paris 2024 : Un message d' « alerte extrêmement grave » sur smartphone surprend les Parisiens
Concert de Taylor Swift: Qui sont ces relous qui bâtissent un « mur de téléphones » et passent leur concert à filmer?
The Phone : Le fléau de la surexposition des enfants aux écrans bientôt résolu ?
Sheldon de « The Big Bang Theory » s’offre un caméo très rigolo
Pourquoi Emmanuel Macron et le gouvernement continuent-ils d’utiliser des smartphones, malgré les risques d’espionnage ?