Les frais téléphoniques des sénateurs au coeur d'une polémique

Les Sénateurs dépensent-ils vraiment 7.000 euros de frais téléphoniques par an ? Dimanche 12 janvier, l’émission Capital, sur M6, analysait les privilèges accordés aux élus de la chambre basse. De quoi faire bondir les téléspectateurs, qui se sont particulièrement insurgés du montant relatif aux “forfaits et téléphones” pris en charge par le Sénat : 7.000 euros par sénateur et par an, qui s’ajoutent à leur Avance de frais de mandat (AFM) de 5.373 euros mensuels. Sur les réseaux sociaux, certains internautes étaient d’autant plus choqués qu’ils ont interprété la première somme comme la moyenne annuelle des frais de téléphonie remboursés aux membres du Palais du Luxembourg par l'institution.

En réalité, il s’agit d’un plafond de dépenses à ne pas dépasser. Ainsi, chaque sénateur a droit, au maximum, à faire prendre en charge par l’institution 7.000 euros de frais de matériel et d’abonnements téléphoniques par an, ce qui représente un peu moins de 600 euros par mois. Extrêmement élevée, cette enveloppe ne serait quasiment jamais consommée dans son intégralité. “Pour la plupart d’entre nous, on en est très loin”, affirme à Capital Vincent Delahaye, vice-président (UDI) de l’institution. Ce dernier assure ainsi dépenser 3.500 euros par an en téléphonie, une somme qui comprend le renouvellement de son mobile de fonction, “tous les 3 ou 4 ans” et l’équipement de ses trois assistants parlementaires.

Nathalie Goulet, sénatrice UDI de l’Orne tient à préciser que le montant de cette enveloppe n’atterrit pas pas directement dans la poche des élus : “Cet argent, on ne le touche pas. Il s’agit d’un remboursement de nos achats et abonnements sur présentation de factures à la comptabilité du Sénat”, précise-t-elle.

Même moins élevés qu’ont pu craindre certains internautes, les frais téléphoniques des sénateurs ont de quoi donner le tournis au consommateur lambda, habitué à jongler entre les opérateurs et les promotions. Pour s’en convaincre, il suffit de consulter les comptes du Sénat.

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La croissance de la Chine au plus bas depuis 30 ans, plombée par la guerre commerciale
Climat, transports, écoles… les meilleures villes pour les cadres
Le smartphone provoque le cancer pour la justice italienne
Bientôt une liste noire des locataires mauvais payeurs ? Les gros rendements de ce placement immobilier ont de quoi séduire les épargnants... Le flash éco du jour
Casino va accélérer le lancement des magasins sans caissiers