Frais d'hospitalisation : la double peine des patients Covid sans mutuelle

C'est un cauchemar à l'américaine. Le 17 juin, un chauffeur de bus dont le père vient d'être emporté par le ­Covid-19 partage sa double peine dans Le ­Parisien : le CHU (centre hospitalier universitaire) ­Saint-Louis, à Paris, lui réclame 7.000 euros pour dix jours ante ­mortem. Au lieu de se désoler du mauvais buzz, ­Martin ­Hirsch, directeur général de l'Assistance ­publique-Hôpitaux de ­Paris ­(AP-HP), réalise qu'il peut en profiter pour mettre un secret de famille sur la table : "En France, l'hôpital n'est pas gratuit pour tout le monde."

Lire aussi - Ce mystérieux syndrome post-Covid 19 qui concerne 5 à 10% des malades

On a dit que le coronavirus avait révélé les traits de caractères humains, courage des uns, lâcheté des autres. Ça vaut aussi pour les carences systémiques. ­Hirsch ­raconte que le directeur financier l'a alerté en avril. "Qu'est-ce que je fais? On a des factures à plusieurs milliers d'euros!" Si celle concernant le père du chauffeur de bus "a malheureusement été envoyée" par courrier, explique le DG, la plupart de ces notes à trois ou quatre chiffres ont été bloquées en attendant de trouver une solution.

Près de 3.000 euros la journée en réanimation

À quoi correspondent ces restes à charge XXL? Certes, la grande majorité des 104.300 ­malades hospitalisés depuis le début de l'épidémie - dont 18.351 dans des services de réanimation où le prix d'une journée avoisine 3.000 euros – ne sont pas ­concernés. Pour ceux-là, les 20% non remboursés par la ­Sécurité so...


Lire la suite sur LeJDD