Un fragment d'étoile dans le désert égyptien

ROMANO SERRA

Cette pierre, nommée Hypatia, serait un vestige de l'explosion d'une naine blanche.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°905-906, daté juillet-août 2022.

Hypatia pourrait bien être un morceau d'étoile tombé dans la grande mer de sable en Égypte. Découvert en 1996, ce fragment de 30 grammes de roche noire très dure contenant de minuscules diamants pose problème quant à son origine.

Une signature chimique étonnante

Des études ont d'abord prouvé qu'il était composé de minéraux introuvables sur Terre et donc extraterrestres, puis que sa signature chimique ne ressemblait à rien de ce qui existe dans le Système solaire. La seule hypothèse restante est celle d'une supernova de type Ia : la destruction d'une naine blanche située dans un système binaire. Hypatia serait ainsi la première trace sur Terre de ce type d'explosions, rarissimes dans la Voie lactée.

Aux confins du jeune Système solaire

Le corps parent d'Hypatia se serait formé aux confins du jeune Système solaire à partir d'atomes issus de la supernova, avant de se déplacer et de heurter la Terre, il y a 28 millions d'années. L'impact a vitrifié un cercle de sable de 80 km de diamètre et l'a transformé en un verre jaune appelé verre libyque, dont un fragment orne d'ailleurs une broche ayant appartenu au pharaon Toutankhamon.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles