Fréjus: ouverture d'une information judiciaire après la découverte d'un homme décapité et émasculé

·2 min de lecture
Des policiers de la police judiciaire. (Image d'illustration) - Denis Charlet
Des policiers de la police judiciaire. (Image d'illustration) - Denis Charlet

Le parquet de Draguignan ouvrira ce samedi après-midi une information judiciaire dans le cadre de l'enquête sur la mort d'un Fréjusien, décapité vendredi dans le quartier Villeneuve.

Le procureur doit demander le placement du suspect, actuellement en garde à vue, en détention par le biais d'un mandat de dépôt. L'individu de 38 ans est également soupçonné d'avoir émasculé la victime.

Les faits se sont déroulés vers 7 heures du matin dans l'appartement du suspect, à Fréjus. Les deux hommes ont eu "une dispute, une bagarre forte", selon les mots de l'auteur présumé du meurtre, lequel était auditionné jusqu'à ce samedi matin.

Selon nos informations, le suspect s'est rendu à la gendarmerie aux alentours de 11h15, vendredi, avec un sac contenant une tête et des testicules. Les policiers se sont alors déplacés au domicile de la victime, où ils ont découvert son corps.

6244892570001_6290481462001

Un profil psychotique

Le différend porterait sur le "comportement" que la victime aurait eu vis-à-vis de la femme du suspect. Cependant, le parquet de Draguignan précise que "le mobile et le contexte exact restent encore à définir".

L'expertise psychiatrique du suspect n'a pas montré qu'il était irresponsable pénalement, en revanche, elle a souligné qu'il avait un profil psychotique.

Sa femme et l'un de ses amis ont été placés en garde à vue vendredi soir puis finalement libérés et mis hors de cause. Les deux enfants, mineurs, du meurtrier présumé ont eux aussi été entendus.

6244892570001_6290481730001

"Défavorablement connus des services de police"

Des perquisitions ont également eu lieu au domicile où s'est produit le drame et où gisait le corps de la victime. "Un appartement où des gens venaient régulièrement pour se droguer", a indiqué le parquet à BFM Toulon Var.

Interrogé sur BFM Nice Côte d'Azur ce vendredi, Yohan Sebrier, du syndicat Alliance Police Var, a affirmé que l'auteur présumé des faits et la victime sont tous deux "très défavorablement connus" des services de police.

La police judiciaire de Toulon est en charge de l'enquête.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles