Frédérique Vidal insiste sur l'importance du débat sur "l'islamo-gauchisme"

·2 min de lecture

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a indiqué dans un entretien au JDD souhaiter "qu'on relève le débat" alors qu'elle se trouve empêtrée dans une polémique après avoir demandé une enquête sur "l'islamo-gauchisme" à l'université.

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a indiqué dans un entretien au JDD souhaiter "qu'on relève le débat" alors qu'elle se trouve empêtrée dans une polémique après avoir demandé une enquête sur "l'islamo-gauchisme" à l'université. "Nous avons besoin d'un état des lieux sur ce qui se fait en recherche en France sur ces sujets", a indiqué Mme Vidal, assurant vouloir une enquête "au sens sociologique du terme".

La ministre s'est retrouvée prise dans une polémique après avoir dénoncé le 14 février "l'islamo-gauchisme" qui, selon elle, "gangrène la société dans son ensemble et l'université n'est pas imperméable", avant de demander mardi au CNRS "un bilan de l'ensemble des recherches" qui se déroulent en France, afin de distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme. Ces déclarations ont suscité de vives réactions dans le monde académique, au point que 600 universitaires (enseignants, chercheurs...) ont réclamé samedi, dans une tribune publiée par le journal Le Monde, sa démission en lui reprochant de "faire planer la menace d'une répression intellectuelle".

"Je suis universitaire. J'ai toujours défendu la liberté académique"

Récusant vouloir mettre en place une "police de la pensée", Mme Vidal y voit un "procès d'intention", assurant au contraire vouloir "déconstruire l'idée qu'il y aurait une pensée unique sur certains sujets et (...) protéger le pluralisme des idées à l'université". "Je suis universitaire. J'ai toujours défendu la liberté académique et les chercheurs", assure-t-elle. "Si les universitaires qui ne me connaissent pas ont pu se sentir froissés, ce n’était pas mon intention. Chacun doit pouvoir s’exprimer, c’est aussi dans le désaccord qu’on avance",(...)


Lire la suite sur Paris Match