Frédérique Vidal en Antarctique pour un voyage prévu de longue date

Alors que la colère des étudiants monte après la tentative de suicide d'un jeune homme à Lyon, la ministre de l'Enseignement supérieur se trouve en Antarctique pour un déplacement qui doit mettre à l'honneur la science française.

Frédérique Vidal a décalé son déplacement en Antarctique pour se rendre à Lyon où un jeune homme a tenté de s'immoler par le feu, le 8 novembre, laissant un message pour dénoncer sa grande précarité. Samedi, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a longuement échangé avec les personnels de l’université et du Crous. Puis elle est partie pour le continent Antarctique, à plus de 14 000 kilomètres de la France, pour un voyage prévu de longue date. La ministre prend régulièrement des nouvelles de l'étudiant, précise son entourage.

Première ministre française à se rendre sur place, Frédérique Vidal, profite des 80 ans du CNRS pour mettre à l’honneur la science française. Elle visitera cette semaine les bases permanentes franco-italienne Concordia et celle de Dumont d’Urville où travaillent jusqu’à 200 chercheurs français pendant les six mois d’été ainsi des sites abritant des manchotières.

«Il y a aussi un enjeu diplomatique fort, car c’est la seul endroit au monde de gouvernance internationale d’une région dédiée à la paix, à la science et à la protection de l’environnement, depuis 1959 et le traité de l’Antarctique», explique la ministre. Les tensions sont fortes car la Chine et la Russie viennent de s’opposer une nouvelle fois au projet soutenu depuis huit ans par un ensemble de pays dont la France de création d’une aire marine protégée. «Pour des raisons économiques car on trouve beaucoup de krill, des crevettes recherchées par les pêcheurs», explique Frédérique Vidal.

Sur la base, les conditions de vie se rapprochent de celles d'un voyage vers mars

La ministre rappelle à quel point ce continent est vital pour la recherche sur le réchauffement climatique. Un programme de forage(...)


Lire la suite sur Paris Match