Pour Frédéric Lenoir, être en compétition avec les autres est "un poison de l'esprit"

·1 min de lecture

"Dans notre relation au monde et aux autres, recherchons toujours la justice et l'harmonie. Ce sont les deux phares qui doivent éclairer toutes nos actions". Cette phrase, qui peut être utile aux futurs candidats du baccalauréat de philosophie, est extraite de Juste après la fin du monde, le nouveau livre de Frédéric Lenoir. Le sociologue et philosophe, invité vendredi de l'émission Ça fait du bien, explique ce qui freine dans l'esprit humain cette recherche de l'harmonie.

>> Retrouvez toutes les émissions d'Anne Roumanoff de 11h à 12h30 sur Europe 1 en replay et en podcast ici

"Je pense qu'un monde dans lequel on rechercherait tous la justice et l'harmonie serait un monde parfait", confirme Frédéric Lenoir sur Europe 1. "Sauf qu'effectivement on est dans un monde où il y a beaucoup d'injustices. Et on est dans un monde dans lequel la rivalité et la compétition créent de la dysharmonie."

4 mauvaises herbes de la pensée

Le philosophe identifie quatre mauvaises herbes qui nous empêchent de vivre en harmonie : l'esprit de possession, l'esprit d'avidité, l'esprit de convoitise et l'esprit de domination. "Et tout ça s'enchaîne", précise-t-il. "C'est-à-dire que dès que vous possédez, vous vous comparez avec les autres et que vous voulez toujours plus. Vous êtes en compétition, et c'est comme ça que le monde est en train d'être détruit."

"C'est pour cela qu'il faut quitter ces poisons de l'esprit et être dans quelque chose où ce n'est pas très important de posséder", conseille ...


Lire la suite sur Europe1